Si vous êtes propriétaire d’une location de vacances, vous avez probablement entendu parler de la loi ELAN (Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique). En renforcement de la loi ALUR, la loi ELAN vous concerne de près et il est important de connaître ses amendements. Votée le 16 octobre 2018, cette loi permet de définir votre propriété comme location touristique. Elle prévoit également le renforcement des sanctions afin de contrôler la professionnalisation de la location saisonnière. Pour vous éviter toute préoccupation, nous allons vous aider à y voir plus clair.

Qui est concerné ?

Le but principal de la loi ELAN est de revitaliser les villes et de répondre à des enjeux de développement au niveau local en luttant contre les locations de vacances abusives, c’est à dire celles dont les locations dépassent 120 nuitées/an. C’est le code de la Construction et de l’Habitation qui sera principalement modifié. En tant que propriétaire de location de vacances cette loi vous concerne, mais pas seulement ! Elle concerne également les plateformes de location de vacances telles que Airbnb, Booking.com et Abritel.

Comment l’appliquer ?

Changement d’usage

Pour lutter contre les locations touristiques abusives, le gouvernement a mis en place de nombreuses obligations. La première chose à faire est de bien changer l’usage de votre propriété selon l’article 651-2 du Code de la Construction et de l’Habitation. Pour ce faire, vous devez effectuer cette déclaration à la mairie de votre commune en remplissant le formulaire demandé. Vous recevrez ensuite un accusé de réception confirmant votre changement.

Déclarations et sanctions

Cette loi veut lutter contre l’inflation des loyers dans les villes et la réduction des parcs de location pour les locaux. Qu’il s’agisse de votre résidence secondaire ou principale, la loi ELAN demande au loueur de rendre des comptes à sa commune concernant le nombre de nuits louées à des voyageurs. Si ce n’est pas fait, l’amende peut être entre 5000€ et 10.000€.

La loi ELAN oblige également les propriétaires de location de vacances à déclarer (ou télédéclarer) à leur mairie leurs locations touristiques. S’ils ne le font pas, l’amende pourra atteindre les 5000€ contre 500€ aujourd’hui. À noter également : si le logement est loué plus de 120 jours par an l’amende peut monter jusqu’à 10.000€.

Quelles sont les sanctions pour les plateformes ?

Vous ne serez pas les seuls touchés par ces sanctions. En effet, si les plateformes ne publient ni les numéros d’enregistrements dans les annonces ni le nombre de nuitées déjà louées, alors elles seront sanctionnées de 50.000€ par annonce.

Restez informé des nouveaux articles du blog !

Cette loi est-elle la même sur tout le territoire ?

Certaines communes imposent déjà la publication du numéro d’enregistrement de la location touristique. C’est le cas pour Paris, Nice, Aix-en-Provence, Tours, Bordeaux, Lyon, Nice, Strasbourg, Toulouse, Annecy, Cannes ou encore Biarritz. Ces villes demandent également de respecter la limite de nombre de 120 nuitées louées par an. Si votre ville n’est pas dans la liste ci-dessus, veuillez entrer directement en contact avec votre commune afin d’en savoir plus.

L’application de la loi ELAN risque de quelque peu changer vos habitudes de location. La première chose à faire est donc de bien vérifier que l’usage de votre location touristique est la bonne. Ensuite, en fonction de votre commune, vous devez déclarer vos nuits louées. Il en est de même auprès de votre mairie. Certaines plateformes peuvent vous conseiller et vous aider dans vos démarches. Vous éviterez ainsi des sanctions parfois élevées et louerez votre propriété en toute tranquillité !

Investissement-Airbnb-propriétaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :